La Décroissance, une vision pour des sociétés plus justes et plus sobres

Article publié dans le n°14 des Nouveaux cahiers du socialisme, revue canadienne, automne 2015.

 « Tout ceux qui, à gauche, refusent d’aborder sous cet angle la question d’une équité sans croissance, démontrent que le socialisme, pour eux, n’est que la continuation par d’autres moyens de rapports sociaux et de la civilisation capitaliste, du mode de vie et du modèle de consommation bourgeois. » André Gorz.

Depuis plusieurs décennies, c’est toujours la même rengaine : « comment relancer la croissance ? ». A gauche comme à droite, de Merkel à Obama, de Sarkozy à Orban, de Hollande à Harper, une seule solution, la Croissance. Comme une pensée magique, un totem.
La croyance que le Croissance serait encore la solution à tous nos problèmes reste profondément ancrée dans l’imaginaire collectif, à tel point qu’on assiste à un arc-boutement collectif pour « la relancer ». Pourtant, nous sommes de plus en plus nombreux à oser questionner la Croissance. Est-elle encore possible ? Est-elle souhaitable surtout ? Continuer la lecture

Publié dans Actualités | 2 commentaires

Vidéo : « Un Projet de Décroissance » à l’Alter JT

l'AlterJTL’AJT+ reçoit Vincent Liegey, porte parole du Parti pour la Décroissance et co-auteur de « Un projet de décroissance. Manifeste pour une dotation inconditionnelle d’autonomie ». Qu’est ce que la décroissance ? D’où vient- elle ? Comment organiser l’autonomie des citoyens ? Découvrons cette société post- moderne avec l’un de ses défenseurs les plus pédagogues.

Le livre présenté « Un projet de décroissance, Dotation Inconditionnelle d’Autonomie » est disponible à la boutique militante des désobéissants : http://www.la-boutique-militante.com/vivre-ensemble/360-un-projet-de-decroissance.html

Publié dans Dans la presse et sur la toile, Multimédias | Un commentaire

La Décroissance, quelles stratégies, propositions et limites ?

« Un Projet de Décroissance, manifeste pour une Dotation Inconditionnelle d’Autonomie » dans la Revue Francophone du Développement Durable, n°3, mars 2014

 

La décroissance, quelles stratégies, propositions et limites ?
Depuis une dizaine d’années, le mouvement de la Décroissance a développé des idées, des stratégies et des propositions susceptibles d’initier et de soutenir des transitions démocratiques et sereines vers de nouveaux modèles de sociétés soutenables et souhaitables. La Décroissance, en questionnant le fait qu’une croissance infinie dans un monde fini n’est ni possible ni souhaitable, est devenue un mouvement influençant aussi bien les discussions aux niveaux citoyens, politiques qu’académiques.
Cet article se propose de revenir sur les fondements académiques de la Décroissance, en particulier en insistant sur l’importance de la diversité et de la complémentarité des sources, donnant ainsi naissance à un mouvement autour slogan provocateur de la Décroissance. Ce mouvement propose et expérimente une pluralité de stratégies diverses et complémentaires autour de projets présentés et discutés dans cet article. Enfin cet article reviendra sur le rôle joué par la Décroissance, ses limites et ses perspectives.
Lire l’article en entier en téléchargeant ce pdf : clic

Un projet de décroissance, Manifeste pour une DIA
Par Clémentine Raineau. A lire en se procurant la revue

Publié dans Dotation Inconditionnelle d'Autonomie | Un commentaire

Mirko Locatelli : décès d’une figure de la Décroissance

Méduse-11.3Nous venons d’apprendre le décès de notre ami et compagnon de route Mirko Locatelli, co-fondateur du journal Moins! , animateur du ROC (le Réseau des Objecteurs de Croissance) et des cafés Décroissance de Lausanne…

Nous présentons nos plus sincères condoléances à sa famille et ses proches…

Continuer la lecture

Publié dans Actualités | Laisser un commentaire

Video: Degrowth Offers Opportunity for a More Meaningful Life

On Friday, November 27, 2015, Vincent Liegey, co-authors of a Degrowth Project and coordinator of the next international Degrowth Conference in Budapest gave a lecture at the Central European University: Introduction to Degrowth, From the Deconstruction of our Addictions to Growth Toward a Degrowth Project.

Degrowth is many things. It is, according to Vincent Liegey, spokesperson for the French Degrowth Movement, a « bomb word » that often prompts heated discussions. It is also, he went on to explain, a multidimensional, interdisciplinary field of research that seeks to deconstruct the growth paradigm. Liegey noted that although some people in some parts of the world have benefited enormously from growing economies in recent decades, many of these same people don’t feel that they are living meaningful lives. « Maybe we’re not as rich as we think we are, » he said. Liegey noted also that within these societies, there are glaring and growing inequalities that suggest that growth is not the solution to all of our problems as some people claim it is.
Continuer la lecture

Publié dans A Degrowth Project | Laisser un commentaire

Un an après : Et si tous les Charlies se réappropriaient la politique ? Et si ils étaient décroissant-e-s ?

Suite aux événement du début de l’année dernière nous publions un texte invitant les charlies à se réapproprier la politique. Au printemps, nous avons été contactés pour approfondir notre pensée dans le cadre d’un ouvrage collectif sur les événement de janvier 2015. Toutefois, l’ouvrage en question n’a pu se faire tant le sujet reste sensible. Nous vous proposons donc notre contribution à l’occasion des commémorations.

Ce texte a été rédigé avant les attentats du 13 novembre 2015, ce qui explique que ces événements soient absents de ce texte. Il en est presque renforcé. D’ailleurs, notre réflexion sur le « 13 novembre 2015 » continue de nous agiter d’autant plus que les réponses de nos gouvernants, entre mesures sécuritaires et entraves à la démocratie, nous amènent toujours plus vite à la barbarie. Bonne lecture… pour débattre… et en espérant contribuer à sortir des barbaries…

pas de coté

 

Et si les Charlie étaient décroissant-e-s ?

« Le capitalisme canalise les frustrations des hommes, les empile, comme il accumule le capital, et fait gonfler des bulles qui finissent par crever comme des bombes. » Bernard Maris

En 1995, sortait sur les écrans La Haine. Ce film relate la journée de trois jeunes de banlieue qui traînent leur ennui et leur jeunesse qui se perd, sans espoir. La Haine raconte un pan de l’histoire de notre pays, la France, en chute libre, ce qui fait dire à l’un des protagonistes : « C’est l’histoire d’un homme qui tombe d’un immeuble de cinquante étages. Le mec, au fur et à mesure de sa chute se répète sans cesse pour se rassurer : jusqu’ici tout va bien, jusqu’ici tout va bien, jusqu’ici tout va bien. Mais l’important n’est pas la chute, c’est l’atterrissage. » Continuer la lecture

Publié dans Actualités | Un commentaire

Vidéo: Degrowth, Transitions and Cargonomia at the Ecopro conference


At the Ecopro conference in Budapest, in November 2016.

Publié dans A Degrowth Project, Multimédias | Laisser un commentaire

Video: Unconditional Basic Income and Degrowth – Vincent Liegey


Budapest, International Basic Income conference – 23 November 2015.

Publié dans A Degrowth Project, Actualités, Multimédias | Un commentaire

Un Projet de Décroissance à la PlaceToB COP21: interview de Rob Hopkins, Filipa Pimental, Erci Guilyardi et Vincent Liegey par Stéphane Paoli

Nous avons participé à l’émission #PortesOuvertes du 1er Décembre de la PlaceToB à l’occasion de la COP21 animée par Stéphane Paoli (France Inter)


Avec:
– Rob Hopkins, enseignant en permaculture, initiateur du mouvement des “villes en transition”
-Filipa Pimentel, coordinatrice internationale de “Transition Network”
-Eric Guilyardi: Directeur de Recherche CNRS au laboratoire d’Océanographie et du climat (LOCEAN, Paris)
-Vincent Liegey: porte parole du mouvement français de la décroissance, cofondateur de “Cargonomia” et co-auteur d’Un Projet de Décroissance (Utopia, 2013).

—————————————————————————————————

Le numéro 2 de Portes Ouvertes, l’émission de radio qui se niche au siège de Place to B durant la COP21 a aujourd’hui rassemblé plusieurs acteurs participant, chacun à leur manière, à faire bouger les mentalités et les pratiques vers des modes de vie plus durables.

Nous faisons face, aujourd’hui, à une situation alarmante. La trace de l’homme, à travers ce que l’on appelle « le septième continent », est omniprésente dans les océans. Véritable réservoir d’énergie, il est naturellement animé par des courants comme El Niño, qui ravagent par leurs pluies torrentielles et ouragans de nombreux pays tropicaux.

Le constat est sans appel : si la violence des phénomènes n’a pas vraiment évoluée, c’est la vulnérabilité des sociétés touchées qui s’accroit. L’impact socio économique de ces catastrophes dans des pays en pleine transition démographique, où les inégalités de richesses sont criantes est de plus en plus important.

Dans ce cadre, la question de la ville est première : comment adapter nos vies d’urbains dans le cadre d’un monde globalisé et fondé sur l’interdépendance ? La résilience, modèle d’organisation locale des centres urbains est de plus en plus envisagée comme une réponse.

Elle permet, en effet de re-mobiliser les citoyens, constituant un outil de politisation au local, pour toucher le global. A travers des dynamiques locales, tant agricole que démocratique, l’idée serait de se ressaisir de l’économie pour l’orienter vers un état d’esprit moteur de changement.

Publié dans Actualités, Dans la presse et sur la toile, Multimédias | Laisser un commentaire

Neither protectionism nor neoliberalism but “open relocalization”, the basis for a new International

Will they call for a return to protectionism? Try to regulate the markets? Attempt to rein in unemployment by prioritizing economic growth, regardless of the cost? The Left seems to have run out of ideas for social and economic initiatives that are at once sound, liberating, and environmentally sustainable. Faced with such lack of vision, calls to “relocalize” the economy start to look appealing. But what we need is open and altruistic relocalization, the kind that, unlike worrisome and dangerous tendencies toward insularity, can actually “reestablish the right balance of efficiency, power, well-being, autonomy and conviviality.” Here is our viewpoint, to kick-start debate.

With each new crisis, protectionism rises from the ashes, looking like a savior. This is nothing new: in the latter quarter of the 19th century, too, nation-states turned to protectionism to preserve their own interests. But it wasn’t long before they met one another face to face… on the battlefield.

Today, in the West, societies are going through a period of doubt and fear, and most importantly, of having lost all sense of direction and meaning. Things are speeding up. We are confronted with the collapse of the very model on which our civilization is based, constructed on the notion of “always more”. The economic mega-machine is spinning out of control, and with it, the ecological crisis, inequalities, suffering, violence… In this “society of the spectacle” and of communication we lack the time needed for understanding and real dialogue in order to develop sound and effective political solutions to the challenges of the early 21st century. “Politics,” we are told, “cannot do everything”. We have lost control of our institutions, which have become the heteronomous tools of an ever-more-powerful financial oligarchy. Continuer la lecture

Publié dans A Degrowth Project | Laisser un commentaire

Ni protectionnisme, ni néolibéralisme mais une « relocalisation ouverte », base d’une nouvelle internationale – Bastamag

Article publié le 4 novembre 2015 sur Bastamag.

Revenir au protectionnisme ? Tenter d’encadrer les marchés ? Lutter contre le chômage en favorisant la croissance à tout prix ? La gauche semble en panne de projet économique et social cohérent, émancipateur, et écologiquement soutenable. Face à cette absence d’imaginaire, le thème de la relocalisation de l’économie commence à séduire. Mais une relocalisation ouverte et altruiste, à l’opposé de l’anxiogène et dangereux repli sur soi, et en capacité de « retrouver de justes équilibres entre l’efficacité, la puissance et le bien-être, l’autonomie et la convivialité ». Voici une tribune pour lancer le débat.

A chaque crise, le protectionnisme renaît de ses cendres, tel un sauveur. Bien avant, dans le dernier quart du XIXème siècle, les Etats-Nations s’en étaient déjà servi pour se protéger. Ils ne tardèrent pas à s’affronter … sur le terrain militaire.

Aujourd’hui, nos sociétés traversent une période de doutes et de peurs, et surtout de perte de repères et de sens. Les choses s’accélèrent. Nous faisons face à l’effondrement de notre modèle civilisationnel construit autour du toujours plus. La mégamachine économique s’emballe, avec elle la crise écologique, les inégalités, les souffrances, les violences… Cette société du spectacle et de la communication ne nous laisse plus le temps de comprendre et dialoguer afin d’apporter des solutions politiques cohérentes et efficaces face aux enjeux de ce début de XXIème siècles. On nous dit que la « politique ne peut pas tout ». On a perdu prise sur nos institutions devenues des outils hétéronomes au service d’une oligarchie financière toujours plus forte. Continuer la lecture

Publié dans Actualités, Dans la presse et sur la toile | Un commentaire

Carnet de voyage 2 : La Décroissance dans les Balkans : « J’ai l’impression qu’on construit la meilleure réponse qu’on puisse apporter à ce qui se passe »

degrowth_conference_budapest_2016Après Vienne, Jérôme Cardinal ropose un deuxième carnet de voyage avec « Un Projet de Décroissance », cette fois-ci dans les Balkans :

La semaine du 12 au 19 novembre a donné lieu à une petite virée à Zagreb puis à Ljubljana, pour continuer à construire la future conférence sur la Décroissance, pour participer à des conférences,  et comme toujours, écouter, discuter, dialoguer.

Alors on est partis jeudi au petit matin, quand Budapest dormait encore. Deux mois après les événements de Kéléti, on ne voit plus un migrant dans la ville, comme l’impression que jusqu’ici tout va bien. Pourtant, l’effet de cette crise invisible resurgit par moment sur la vie quotidienne hongroise et vient briser l’illusion collective :  cette crise migratoire devenue invisible a quand même fermé la ligne ferroviaire Zagreb-Budapest. Alors, on renonce à l’éloge de la lenteur du train historique pour prendre par défaut la direction de la gare routière où ces cars longue-distance chers à Macron nous attendent. Continuer la lecture

Publié dans Actualités | Laisser un commentaire