L’été des premières moissons pour « Un Projet de Décroissance »

Decroissance-ProjetEn janvier dernier sortait « Un Projet de Décroissance« . Depuis, nous avons participé à une vingtaine de discussions publiques en Suisse, en Belgique et un peu partout en France. De nouvelles rencontres s’organisent pour la rentrée en région parisienne, dans le Centre, dans le Sud-Ouest, en Bretagne, de nouveau à Genève et à Bruxelles, etc.

Ce Projet de Décroissance s’internationalise avec une publication prochaine au Québec, en Hongrie et en Espagne. D’autres traductions et éditions étrangères se mettent en place en Europe, en Amérique du Sud. Le livre commence même à se partager en Afrique.

La Décroissance avec ses questions, sa critique radicale et multidimensionnelle interpelle. Le projet de Décroissance suscite de l’intérêt et du débat. En témoignent les interviews et articles de qualité, ainsi que les discussions lors des réunions publiques.

Nous pouvons identifier un certain nombre de questions, contradictions ou demandes d’approfondissements qui reviennent régulièrement :

– Décroissance et non violence : où sont les limites de la non-violence face à une oligarchie toujours plus agressive ?
– Changer la société sans prendre le pouvoir : si on prend le pouvoir, celui-ci risque de nous prendre… mais si on ne le prend pas ?
– Décroissance et propriété privée : comment se ré-approprier le droit d’usage sur le droit de propriété ?
– Différence entre Dotation Inconditionnelle d’Autonomie et Revenu de Base… salaire à vie ?
– Décroissance ou barbaries : quelles réponses face aux barbaries déjà présentes et aux catastrophes à venir ? Que faire face à l’urgence ?
– Décroissance et institutions : quelle place pour l’état nation, l’Union Européenne dans des sociétés de Décroissance ? Quels rôles dans la transition ?

projet decroissance clermont ferrand

Les débats sont riches et intenses. Toujours conviviaux. Ils s’ouvrent à d’autres cercles. Ils s’appuient sur les initiatives de transition, c’est-à-dire tous ces espaces de ré-appropriation de la politique à travers les alternatives concrètes.

L’objectif initial de cet ouvrage collectif est en ce sens atteint : penser ensemble la sortie de la société de Croissance, imaginer des possibles à opposer à l’impasse croissanciste, enfin, ouvrir des réflexions et des discussions constructives. 

Respectant la diversité des approches qui caractérisent la Décroissance et ses mouvements proches, c’est une manière de semer des graines de critiques, de réflexions, de débats, mais aussi, surtout, d’expérimentations, de réappropriation des savoir-faire, d’espaces de liberté…

La transition est en marche, les graines vont-elles bientôt pouvoir germer ?

Vincent Liegey, Stéphane Madelaine, Christophe Ondet, Anne-Isabelle Veillot.
Un projet de décroissance. Manifeste pour une dotation inconditionnelle d’autonomie, préface de Paul Ariès. Les éditions Utopia, 150 pages, 7 euros.

« […] La condition pour réussir cette transformation radicale de l’économie est « une forte adhésion de tous et une participation à cette volonté de changement ». Pour le moins… Mais il faut bien commencer un jour, et ce petit livre stimulant y contribue incontestablement. » Hervé Kempf dans Le Monde.

« […] Et le succès rencontré par l’ouvrage peut laisser penser que «la transition est bel et bien en marche».  » Emmanuel Daniel sur Slate.fr.

A lire et écouter :


Et aussi :

Ce contenu a été publié dans Actualités, Agenda, Dotation Inconditionnelle d'Autonomie. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à L’été des premières moissons pour « Un Projet de Décroissance »

  1. Ping : L’été des premières ...

Les commentaires sont fermés.